Aujourd’hui, ça fait exactement 1 mois que j’ai quitté la ville de Québec. C’est le moment de faire un point sur mon voyage. (Les photos postées font partie de mes préférées durant mon voyage)

Plage du parc du  Bic, Gaspésie, Québec Plage du parc du Bic en gaspésie, Québec

Les statistiques

En 31 jours, j’ai :

  • Parcouru 9246 km (5745 Miles) en voiture
  • Rempli mon réservoir d’essence une quinzaine de fois pour un total de 820€
  • Marché un peu moins de 50km lors de randonnées
  • Je pense avoir dépensé un peu plus de la moitié de mon budget (soit 8000 euros sur 15k, voiture incluse)
  • J’ai dormi 1 fois sur 2 sans payer mais cette statistique s’effondre depuis que je suis parti de Washington et ce, à cause des températures.
  • J’ai dormi dans ma voiture sous diverses températures : entre 2°C (Gaspésie) et 26°C au plus froid de la nuit (Sparta, Tennessee)
  • Dépensé 170 $ en réparation sur la voiture.
  • Je ne me suis jamais fait virer d’un emplacement où j’avais décidé de passer la nuit
  • UNE SEMAINE ET DEMIE de retard sur la publication du blog !

Phare de peggy's Cove, Nova scotia Phare de Peggy’s cove, Nova scotia

Le trajet

Dès le début, j’ai dû changer mes plans. Les température glaciale du début mai au Québec ne me permettait pas de partir explorer le grand nord et le labrador : trop de neige et trop dangereux. Et de toute façon même si j’y étais allé, je n’aurais pas pu profiter des paysages. Ça aurait été dommage. Je pense que partir sur la Gaspésie a été la bonne décision même si là encore, j’étais au minimum 15j en avance sur la saison; tout étant encore fermé et sous la neige. Néanmoins j’ai pu profiter d’un environnement sans touriste 😉

Finalement, j’ai adoré cette exploration des provinces maritimes. On n’y pense pas vraiment quand on part visiter le canada mais ce sont des très belles régions qui offrent tant de choses : De magnifiques côtes, des parcs somptueux avec multiples activités en plein air et une culture acadienne passionante.

Je suis entré au USA avec 15 jours d’avance sur mon programme. Qui dit avance, dit aussi moins d’argent dépensé donc ce n’est pas plus mal. La côte Est américaine m’a aussi fait une belle impression avec de magnifiques villes et de beaux paysages : marins principalement pour le nord et montagneux pour le centre.

C’est en arrivant sur Washington que j’ai encore dû changer mon programme. Ce n’était pas le printemps que j’avais rattrapé mais belle et bien l’été, et plutôt de type caniculaire. Les températures étaient et sont toujours autour de 34°C/35°C en journée sans redescendre en dessous de 24°C la nuit. Etant en montagne pendant une semaine, je n’en ai pas ressenti les effets tout de suite. Et c’est en arrivant dans le Tennessee que je m’en suis rendu compte : Impossible de dormir dans une voiture dans le sud avec des températures pareilles. La voiture accumule tellement de chaleur la journée, que les parois la restituent toute la nuit. L’air conditionné est donc inutile et j’ai passé une nuit avec 34°C dans l’habitacle sur un parking de Walmart. Résultat : Pas de Floride pour moi vu que c’est encore plus chaud. De plus, la multitude de route à péage et le fait que c’est un état assez strict sur le camping sauvage ont fini de me décourager.

Je me retrouve donc à Nashville, puis dans le Mississippi à suivre la route du blues pour enfin arriver à la Nouvelle-Orléans où je récupère mon trajet initial. Et pour dormir alors ? Pas le choix, j’alterne entre auberge de jeunesse, airbnb et motel. Ça me coûtera un peu mais au moins je ne souffre pas de la chaleur (une de mes plus grandes faiblesses, j’en ai bien peur). La situation devrait s’améliorer à partir de la Californie.

Pour la suite du trajet, je ne vois pas de changement supplémentaire pour le moment. Je pense que je vais juste éviter les grandes villes de l’ouest, assez casse-tête d’un point de vu parking et souvent source de fortes dépenses, sauf si je trouve de bons plans comme Boston.

Une maison à Boston Une maison dans le quartie Back Bay de Boston

Sur le plan personnel

J’ai encore du mal à réaliser ce que je suis entrain de faire. J’ai l’impression que ça ne fait que quelques jours que je suis parti et que je n’ai finalement fait que des sauts de puces. Mais c’est en calculant les stats de mon mois de voyage que je me rends compte du chemin parcouru. J’ai atteint en 3 semaines le point le plus au sud de mon voyage et ce, sans forcer. Je suis passé dans des villes dont le simple nom me faisait encore rêver 1 an plus tôt. Je sais que j’ai de la chance de faire ce voyage et j’essaye d’en profiter à chaque instant.

D’un autre côté, il y a la solitude. J’ai passé les 15 premiers jours seul, emporté par l’euphorie du départ. Certes voyager seul te permet d’être maître de ton trajet mais y’a des moments où tu voudrais partager. Partager cette vue à la fin de la randonnée, partager cette joie de voir la Skyline de ta ville de destination apparaitre à l’horizon. Partager aussi les moments d’anxiété quand je ne trouve pas d’emplacement pour dormir, quand je ne suis vraiment pas sûr de mes choix. Je n’ai pour l’instant pas de regrets de ce côté là mais on est toujours plus sage à deux cerveaux. En tout cas, merci internet et Free mobile pour me permettre de rester en contact avec le vieux monde. Et merci les auberges de jeunesse pour les rencontres fugaces mais salutaires.

Au niveau de la langue, je dirais que ça commence à venir. J’étais un peu rouillé au départ mais je commence enfin à comprendre correctement l’accent américain (enfin quand ils ne parlent pas trop vite) et a me faire comprendre. Je dois néanmoins souvent chercher mes mots ou utiliser des tournures de phrases qui n’ont aucun sens et ça m’énerve.

Mabry Mill, Virgine Moulin de Mabry Mill sur la Blue Ridge Parkway

Le futur

Je prévois d’arriver à la frontière canadienne d’ici un mois si tout va bien. Les prochaines semaines s’annoncent tout aussi chaudes que ce que je vis à la Nouvelle-Orleans. Je pense que je resterai en hébergement jusqu’à Las Vegas, où les températures redeviendront plus clémentes. Je suis pour l’instant très content du déroulé de mon voyage et j’ai hâte de voir tout ce qui me reste 😊

Une maison à la Nouvelle-Orlean Maison typique du quartier français de la Nouvelle-Orleans